Pascal Olivard et son équipe présentent leur « Brest, ville rayonnante » – côté Brest du 12/01/2020

Pascal Olivard et son équipe présentent leur « Brest, ville rayonnante » – côté Brest du 12/01/2020

Brest, ville rayonnante, est le troisième axe du projet que Pascal Olivard et sa liste Brest, imaginons demain vont présenter aux Brestoises et aux Brestois mardi 14 janvier 2020.

Après Brest, ville solidaire puis Brest, ville écologique, la liste Brest, imaginons demain, menée par Pascal Olivard, va présenter le troisième axe de son projet, qui sera proposé aux électrices et aux électeurs lors des Municipales des 15 et 22 mars 2020 : Brest, ville rayonnante. Ceci lors d’une réunion publique qui se tiendra aux Quatre-Moulins.

Pascal Olivard le dit d’emblée :

Brest a des atouts que l’on ne retrouve dans aucunes autres villes en France. Nous devons les sublimer.

Il parle de «Brest, ville de la mer qu’on ne voit pas». Et de «trois joyaux qui sont la rade, les ports de commerce et de plaisance, Les Capucins».

La rade, le poumon bleu de Brest

Pour Pascal Olivard, «la rade est le poumon bleu de Brest. C’est la plus belle du monde, après celle de Rio, du moins c’est ce que disent les Brestoises et les Brestois. Elle doit devenir un lieu incontournable du nautisme, à l’échelle nationale et internationale. Pour cela, il faut réhabiliter les équipements pour accueillir des compétitions. Et se donner les moyens pour les Formules 1 des mers, c’est-à-dire ne pas proposer de simples tentes…»

La liste Brest, imaginons demain entend organiser des grands événements comme la grande régate de Brest, des défis de vitesse, les 24 heures de la planche à voile, les olympiades universitaires de la mer… «Nous disposons d’une capacité innovatrice, nous devons créer les conditions pour qu’un vrai écosystème voit le jour.»

Pascal Olivard poursuit : «mettre en valeur la rade, c’est aussi valoriser l’offre de services. Nous mettrons en place un guichet unique pour la promouvoir auprès des Brestois. Nous favoriserons également l’écotourisme par la création de cheminements, de services, d’installations sportives. Nous repenserons le front de mer entre la place du Moulin-Blanc et le Spadiumparc en aménageant l’espace avec des parcours verts, des descentes vers les plages, des guinguettes. Nous assurerons la continuité centre-ville/Moulin-Blanc en mettant en place des navettes fluviales estivales entre le Moulin-Blanc et la marina du Château. Et nous rouvrirons le dossier de la liaison transrade.

Des fêtes maritimes modernisées

«Nous pensons au port de commerce de demain. Il n’existe aucun schéma directeur d’aménagement : nous en élaborerons un, pour savoir exactement ce que nous voulons faire de ce port, pour redéfinir la mixité d’usages entre les activités tertiaires ou industrielles et les espaces résidentiels ou de loisirs. Il y a du bleu, nous y mettrons du vert pour le rendre plus agréable.»

Pascal Olivard pense également aux fêtes maritimes internationales (les prochaines auront lieu du 10 au 16 juillet). «Quatre ans entre deux rendez-vous, c’est trop long. Ces fêtes ont permis aux Brestoises et aux Brestois de regarder leur ville autrement. La ville-jumelle de Kiel, en Allemagne, a développé un grand festival autour de sa rade. En partenariat avec Kiel, nous organiserons, dès 2022, la première Fête de la rade, les prémices d’une modernisation des fêtes maritimes qui auraient lieu tous les deux ans. Avec compétitions multisports, rendez-vous culturels, concerts, expositions (au port et en ville), mise en valeur du patrimoine architectural et maritime.»

L’art contemporains aux Capucins.

«Les Capucins sont une réussite. Un lieu de convergence où les Brestois se retrouvent. Mais ils pourraient être sublimés et devenir un lieu emblématique de Brest qui ferait rayonner la ville dans le monde. Il y a là une opportunité à saisir pour faire de ce plateau un lieu dédié à l’art contemporain, un espace d’exposition de 500 m2, en partenariat avec le Fonds Hélène et Édouard Leclerc de Landerneau. Créer un musée et en faire notre Bilbao brestois.»

Pour Pascal Olivard, le fait que les commerces installés dans les ateliers des Capucins sont fermés le dimanche est un problème : «Nous engagerons très vite les négociations pour que cette zone soit placée en zone touristique. Le plateau de Pontaniou deviendra un parc paysager, nous soutiendrons le projet proposé par la nouvelle association La C2arrée qui propose la création d’un cabinet de curiosités pensé comme une vitrine de l’histoire populaire. Et pour cela, nous disons qu’il faut réhabiliter l’ensemble des maisons de la rue Saint-Malo et pas seulement une seule, comme cela est prévu.»

«Nous reboucherons la place de la Liberté».

Pascal Olivard évoque aussi la place de la Liberté :

Nous allons la reboucher pour lui redonner de l’espace, de l’air, la faire revivre autrement. Soyons audacieux. Nous lancerons un concours citoyen intitulé “Redessine-moi la Liberté”.

Et de conclure :

Si l’on regarde objectivement les choses, les finances de la Ville et de la Métropole sont saines, c’est une chance car elles permettent d’envisager des investissements. Brest a été profondément transformée. Nous voulons apporter une vision dynamique, de l’énergie. Notre ambition est de donner des envies de Brest.

Source : Coté Brest / Actu.fr

X