« Les quatre leviers de Pascal Olivard en matière d’écologie » – Le Telegramme 04/12/2019

« Les quatre leviers de Pascal Olivard en matière d’écologie » – Le Telegramme 04/12/2019

Accompagné d’une douzaine de ses colistiers, Pascal Olivard a annoncé ce mercredi ses propositions en matière d’écologie. La liste « Brest, imaginons demain » se fixe comme ambition de réduire de 30 % les émissions de CO2 au cours du mandat, condition nécessaire selon elle pour atteindre, à l’horizon 2050, l’objectif d’une complète neutralité carbone. Pour inscrire la ville dans cette trajectoire, les efforts seront portés sur quatre axes d’intervention.

Des navettes électriques à la place des ascenseurs urbains

Premier levier : les déplacements. Le candidat souhaite amener la part des trajets à vélo à 10 % en 2025 sur la ville de Brest (1,5 % aujourd’hui), et à 4 % sur la métropole, grâce à la mise en oeuvre d’un grand plan vélo, plus ambitieux que le schéma vélo actuellement en cours de rédaction. Pour Pascal Olivard, le premier frein à l’utilisation du vélo n’est pas tant la topographie de la ville que l’absence de solution sécurisée pour stationner son vélo. Il propose donc d’installer une quinzaine d’abris sécurisés, équipés de vidéoprotection, de panneaux photovoltaïques pour la recharge de batteries et de stations de réparation. Au cours du mandat, il souhaite aussi mettre en place les premiers vélos en libreservice payant : les Ty-cyclettes.

S’il valide sans réserve la seconde ligne de tramway et la création du BHNS vers Lambézellec, il souhaite compléter le maillage du réseau par la création de minibus électriques à la demande pour les secteurs mal desservis par les lignes de bus actuelles. C’est notamment le cas entre le coeur de ville et le port de commerce, où « Brest, imaginons demain » abandonnera le projet d’ascenseur urbain, au profit de navettes électriques à capacité limitée (entre 20 et 50 passagers) mais à haute fréquence aux heures de pointe. Le tout complété par un parking-relais à l’est du port de commerce, qui pourrait être positionné au niveau du rond-point du Gaz.

Mise en place d’une redevance incitative sur les déchets

Deuxième levier : l’alimentation. La liste prendra dès le début du mandat les mesures nécessaires à une restauration municipale 100 % bio et/ou circuit court, à l’horizon 2025. Elle créera aussi une Maison de
l’alimentation durable pour sensibiliser les particuliers, commerçants et entreprises au bien manger.

Troisième levier : les déchets. Pascal Olivard fixe l’objectif d’une réduction de 50 % des déchets ménagers d’ici 2026. Pour inciter au tri sélectif, une collecte des bio-déchets sera créée et la taxe sur la collecte des ordures ménagères sera remplacée par une redevance au poids et au lever. Les commerçants et entreprises qui s’engagent dans la démarche seront également récompensés au travers d’une réduction de leur taxe sur les enseignes et de la création d’un label.

Enfin, dernier levier, l’énergie. Le cap fixé est d’atteindre 15 % d’autoproduction énergétique d’ici la fin du mandat. « On souhaite équiper 100 % des toits publics dont l’exposition est favorable de panneaux photovoltaïques ou thermiques », expose le candidat. Ce ne sont là que quelques-unes des mesures qui seront développées lors d’une réunion publique le jeudi 12 décembre, à la mairie de quartier de Lambézellec, à partir de 19 h.

X