Qui sommes-nous ?

Qui est Pascal Olivard ?

J’ai posé mes valises à Brest lorsque j’avais 18 ans.

A l’époque, je me destinais à des études assez courtes, mais le milieu étudiant m’a plu : mon BTS en poche, j’ai rejoint l’université pour y poursuivre mes études, qui m’ont conduit à soutenir une thèse en électronique.

J’étais passionné par mon domaine de recherche, j’aimais beaucoup l’enseignement, mais j’ai adoré le sens du collectif au sein de l’université : la vie démocratique, l’engagement des uns et des autres, l’attachement viscéral à l’UBO que l’on perçoit à la fois chez les étudiants, les enseignants et les personnels.

C’est cette « vibration » qui m’a porté à prendre des responsabilités croissantes, jusqu’à présider ce bel établissement pendant deux mandats.

A l’époque, je n’ai jamais voulu exprimer publiquement mes opinions politiques : il me fallait en effet travailler avec des gouvernements de droite comme de gauche.

Aujourd’hui, les choses sont différentes et je peux me revendiquer pleinement comme centriste ouvert. Des figures comme Simone Weil, Robert Badinter, ou encore Jacques Delors constituent pour moi des références.

J’ai posé mes valises à Brest il y a 35 ans, et j’y suis resté.

Car cette ville, comme nulle autre, m’a adopté.

J’ai connu le temps où on se sentait obligé de justifier sa configuration particulière auprès des visiteurs. Le poids de la reconstruction.

Période révolue, fort heureusement, à la faveur d’un profond renouvellement urbain opéré sous les dernières mandatures, depuis Georges Lombard jusqu’à François Cuillandre en passant par Pierre Maille.

Ceux-là furent sans conteste des bâtisseurs, et je reconnais pleinement le mérite qui est le leur. Pour autant, outre l’alternance salutaire à la démocratie locale, j’appelle de mes vœux une nouvelle relation entre élus et population : une plus grande proximité, davantage d’écoute et de prise en compte des problèmes du quotidien, une participation plus importante des citoyens à la vie de la cité.

C’est pourquoi j’ai souhaité m’engager et conduire une liste qui sera soumise au suffrage des électeurs brestois au printemps prochain.

Entouré d’une équipe très motivée, je souhaite rénover le fonctionnement municipal actuel, y apporter un nouveau souffle, et construire avec vous un programme à la fois ambitieux et pragmatique, dont l’objectif premier sera de répondre aux attentes quotidiennes des Brestoises et des Brestois.

X