Imaginons l’humain ! – Isabelle Viale-Dumas

Imaginons l’humain ! – Isabelle Viale-Dumas

Billet d’humeur avez-vous dit ? Et si je vous parlais de mes humeurs ? De toutes ses pensées et sentiments ressentis ces dernières semaines. Je suis infirmière de formation. Depuis plus de douze ans, j’exerce en tant qu’infirmière libérale au centre-ville de Brest. Je parcours les rues, les maisons, les appartements de cette ville si chère à mon cœur… Je soigne, je prélève, je panse, j’injecte, j’accompagne les fins de vie, je soutiens les patients et les familles, j’écoute ces Brestois qui me sont confiés et qui m’apprennent tant de la vie, chacun à leur manière… Je gère l’HUMAIN…

Au début de cette crise sanitaire insolite, comme certains d’entre nous, l’abattement m’envahit… Je mesure très vite l’immensité du travail, de la vigilance que nous allons devoir développer pour protéger nos patients, leurs vies, la nôtre… Les moyens dédiés au personnel médical libéral sont insuffisants, voire inexistants… Cela m’effraie, me consterne, m’afflige… Et puis ! … Que faire ? Quel est mon rôle ? Ma place ?

Dois-je attendre l’aide promise ou dois-je résister, à mon niveau, à ce virus ?

Dois-je subir cette situation intolérable dans mon quotidien professionnel ou puis-je anticiper certaines actions pour mieux appréhender le contexte ?

Quel est le sens de tout cela ?

Mon humeur vacille entre interrogation, sidération, consternation, déception… Et l’HUMAIN ? Je ne peux me résoudre à abandonner la mission pour laquelle je suis formée : prendre soin. Une âme de résistante m’envahit. Résister pour mieux servir la cause… Anticiper les semaines, les mois à venir… Participer à l’effort de solidarité indispensable en ces jours difficiles… Résister pour mettre et remettre l’HUMAIN au cœur de nos priorités, de notre société… L’HUMAIN résonne… comme un écho.

A mon modeste niveau, avec certaines consœurs, nous nous concertons pour réagir intelligemment et organiser une ligne de front… Nous voulons pouvoir accueillir et prendre en charge à domicile les patients infectés du covid-19 dans des conditions optimales de sécurité pour eux, pour nous et pour tous les autres patients non infectés dont nous avons la charge. Nous multiplions les appels, les contacts… Nous réunissons du matériel de protection (masques, blouses, combinaisons intégrales, charlottes, sur-chaussures…) de bienveillants donateurs : entreprises, établissements scolaires, particuliers… En même temps que nous essuyons des refus, nous rencontrons des gens merveilleux. Après avoir convaincu la mairie de l’utilité de notre projet, nous bénéficions d’un local et d’une voiture municipale. Puis nous lançons un appel afin de trouver des volontaires qui se relaient sur une tournée « spéciale coronavirus » sur les jours de repos… Avec toujours en tête : L’HUMAIN !

Dans cette équipe nouvellement créée, je découvre des femmes exceptionnelles d’idées, de dynamisme, d’engagement, de détermination… Je me nourris de chacune d’entre elles… Je refuse le scepticisme de certains pour ne croire qu’en notre utilité. Face à l’urgence, l’Etat a dédié prioritairement ses moyens au système hospitalier en oubliant un des maillons essentiels, celui de la proximité et du lien social. Les soignants libéraux sont ainsi les grands oubliés de cette crise sans précédent et pourtant si utiles pour éviter l’engorgement hospitalier… Nous savons que notre mission est réelle, indispensable, avec en tête… L’HUMAIN.

Cette crise révèle chez certains individus ce qu’ils ont de plus merveilleux. Certes, les soignants sont les premiers au combat de ce virus. Mais chacun, à son humble niveau, a un rôle à jouer, a une mission, a une contribution à apporter… pour remettre dans notre société l’essence même de la vie… l’HUMANITÉ…

Ce virus, inconnu il y a encore quelques mois, a réveillé notre société de son individualisme, de son narcissisme… Pour certains d’entre nous, il a mis au centre de nos vies l’essentiel… Aussi, les grands décideurs de nos sociétés auront dans les semaines et les mois à venir la lourde tâche de choisir les justes directions à prendre, dans les domaines social, environnemental… afin de ne jamais oublier le fil rouge qu’est l’HUMAIN… Les acteurs locaux auront également leur rôle à jouer pour imaginer les villes de demain plus solidaires, plus écologiques, plus humaines…

Prouvons aux générations futures que nous en avons la capacité… l’envie… la créativité.

Isabelle Viale-Dumas

X