45ème jour de confinement ! – Anne Noyer

45ème jour de confinement ! – Anne Noyer

45ème jour de confinement ! Déjà 45 jours entre les murs de mon appartement dans lequel le soleil rentre ? Ce soleil attendu depuis si longtemps qui brille enfin comme s’il voulait alléger le quotidien des confinés coincés chez eux ? Ou qui brille pour leur faire regretter encore et encore de ne pas pouvoir profiter des espaces naturels ?

Terrée chez moi par crainte du virus, pas de promenade, pas de regret. Juste l’immense sentiment d’être privilégiée. Privilégiée parce que rien ne m’oblige à sortir. Privilégiée parce que je suis en retraite. Privilégiée parce que je n’ai pas les devoirs à faire avec mes enfants ou les chambres à leur faire ranger ou des occupations à leur inventer…  Privilégiée parce que j’ai du temps. Beaucoup de temps. Pas de planning, ce qui n’est pas fait un jour le sera peut-être le lendemain…  Ou le surlendemain… J’ai du temps pour prendre des nouvelles de la famille et des amis sans la crainte de les déranger : ils sont aussi censés avoir du temps. Certains sont seuls et pourraient sombrer alors le coup de fil est quasi quotidien et peut-être leur maintiendra la tête hors de l’eau. Et petit à petit la solidarité autour de moi, de nous, s’organise.

Solidarité pour aider une infirmière croulant sous la tâche, solidarité pour échanger des bons plans pour s’approvisionner sans s’exposer au virus, solidarité pour coudre masques et sur-blouses pour ceux qui en ont besoin. C’est en me nourrissant de cette solidarité et de ces contacts chaleureux que j’ai pu traverser avec une certaine légèreté ce confinement.

Je n’ai pas aimé ce confinement. J’ai aimé ce que grâce aux autres j’ai pu en faire : tisser des liens avec des personnes que j’ai découvertes quand nos chemins auraient pu ne jamais se croiser, découvrir leurs valeurs, se sentir utile en aidant.

J’ai foi en l’humain. Ensemble, de belles choses sont possibles en recherchant ce qui nous unit. L’épreuve du confinement me l’a encore prouvé.

Anne Noyer

X