L’antenne-relais près de l’école Louise-Michel va être réorientée – Le Télégramme du 11/02/2020

L’antenne-relais près de l’école Louise-Michel va être réorientée – Le Télégramme du 11/02/2020

Lundi 10 février, les candidats ou leurs représentants à l’élection municipale brestoise étaient invités à proposer leurs solutions concernant l’antenne-relais installée à 70 m de l’école Louise-Michel. Ils étaient conviés par le collectif de parents d’élèves Ondes en Cavale qui souhaite son éloignement afin de protéger la santé de leurs enfants.

Cette nouvelle action a réuni une vingtaine de participants. Elle s’inscrivait dans la foulée d’une mobilisation engagée depuis la demande de deux séries de mesures en 2017 et 2018. « Les résultats ont montré, en différents points de l’école, une exposition supérieure au seuil de 0,6 volt par mètre recommandé par le Conseil de l’Europe », soulignent Karine Djébari et Magali Simon, deux des parents d’élèves de l’école à l’initiative de cette réunion.

À chacun son plaidoyer

« Nous avons les baux les plus courts de France, soit cinq ans renouvelables par période de deux ans ensuite. Des mesures, par l’Agence nationale des fréquences, sur l’ensemble des lieux sensibles de la métropole seront effectuées cette année. Le changement d’axe par l’opérateur Orange sera par ailleurs effectif le 18 février », a précisé Ronan Pichon, actuel conseiller municipal et à la tête de la liste « Brest écologie solidarités ». Elle sera réazimutée vers les terrains du centre sportif de la Cavale Blanche.

Emilie Kuchel, de la liste du maire de Brest, François Cuillandre, a confirmé les négociations quotidiennes entre la collectivité et les opérateurs. Christophe Osswald, de la liste menée par Pierre-Yves Cadalen (La France insoumise), a rappelé le rôle d’antenne que jouent également les portables et la non-garantie de la baisse des ondes en cas d’éloignement. Timothé In, représentant de Pascal Olivard (Brest, imaginons demain), s’est prononcé pour le non-renouvellement du bail sur la base du principe de précaution.

Enfin, Philippe Aragou-Lebris, de « Brest la liste citoyenne », a posé la question de la prise en compte de la parole des citoyens face aux décideurs publics et aux lobbys.

Source : Le Télégramme : https://tinyurl.com/rceun9r

X