La prison de Pontaniou, témoin de l’histoire de Brest

La prison de Pontaniou, témoin de l’histoire de Brest

Un projet immobilier (encore un !),  heureusement abandonné

Le Maire de Brest et Président de Brest métropole a soudainement mis fin au projet de requalification controversé porté par le promoteur immobilier « François 1er » sur l’ancienne prison de Brest-Pontaniou. Ce projet visait à privatiser l’équipement pour en faire des logements de luxe en ne réservant qu’un petit espace extérieur de 48m2 à la mémoire du bâtiment et à l’histoire de ce lieu emblématique. Faute d’idée, ou de mémoire, un « appel à projet » serait donc lancé, si l’équipe sortante remportait les élections municipales. C’est sans doute aller vite en besogne et surtout balayer d’un revers de main les études réalisées jadis, aux frais de la collectivité, pour intégrer la rénovation du bâtiment à un « parcours d’interprétation » du patrimoine, études dont il ne reste quasiment rien aujourd’hui.

Absence de ligne directrice

Sur ce projet, comme sur celui du nouveau stade au Froutven, on ne peut que déplorer l’improvisation dont il a été fait preuve et surtout, le simulacre de concertation proposée aux habitants, qui conduisait l’actuelle majorité, il y a à peine quelques mois, à se réjouir de la place, pourtant ridicule, accordée à l’histoire du lieu dans l’approche proposée par François 1er. Au désespoir des associations de protection du patrimoine et de celles et ceux qui souhaitent que la mémoire du lieu soit maintenue et respectée. Sous couvert d’une logique financière nébuleuse, dont l’impact resterait, somme toute, limité au regard du budget métropolitain, on a trop vite oublié que ces rares lieux brestois chargés d’histoire ont vocation à rester dédiés au partage et au rassemblement, au service des habitants, de leur territoire et de leur culture.

En faire un emblème historique de la ville de Brest

La liste « Brest, imaginons demain » conduite par Pascal Olivard, souhaite, pour le projet de l’ancienne prison de Pontaniou comme pour ceux de l’ensemble des grands projets urbains de la métropole, une réelle concert

ation avec l’ensemble des acteurs. Nous sommes convaincus que les habitants et leurs associations sont force de proposition pour que ces emblèmes brestois ne soient pas confisqués, et participent activement à faire de Brest une ville toujours plus solidaire, écologique et rayonnante. Brest a intégré le réseau des villes d’art et d’histoire : soyons à la hauteur de ce label et tâchons d’imaginer à Pontaniou une requalification à la fois respectueuse

du patrimoine et porteuse de la vitalité culturelle du territoire. Le défi technique est considérable tant le bâtiment est contraint : murs épais, cellules exiguës, surfaces utiles somme toute limitées ; mais il est certain que les associations locales, les professionnels de la culture, l’architecte des bâtiments de France et les services techniques de la collectivité sauront donner une deuxième vie au bâtiment et contribuer ainsi à la vitalité de Recouvrance et de la rive droite.

 

 

X